Lettre à Charles Montesquieu, critique de « Esprit des Lois » Chapitre 5, Livre XVI

22 janvier 2015

Non classé

J’ose en  cette matinée hivernale du 22 janvier 2015 m’attaquer à un monument du patrimoine littéraire et philosophique français, Charles Montesquieu.À la lecture d’un extrait de son « Esprit des Lois », je n’ai pas été  choqué outre mesure, car il était d’usage à cette époque-là de ne considérer les noirs que par leur utilité, et non pas par la présupposée présence dans ce corps noir d’un quelconque soupçon d’âme,élément essentiel à la qualité d’homme, puisque Dieu, dans sa grande sagesse ne pouvait y disposer la moindre âme dans un corps noir de la tête aux pieds; l’esclavage pouvait  alors être justifié, il fallait des noirs pour continuer à produire du sucre, puisque les peuples d’Europe avaient  décimé les Indiens d’Amérique, seuls les noirs pouvaient dans ce cas continuer à produire du sucre, autrement, le prix  cette denrée aurait  considérablement augmenté, un argument économique de grande inspiration.

Ce déni d’humanité du noir a de nombreuses résonances encore de nos jours, car ces pensées ont nourri et  conditionné les esprits occidentaux, persuadés de faire allégeance à de la grande philosophie, ces pensées ont  traversé les temps, elles ont été transmises par les pères à leurs fils, par les mères à leurs filles, fils qui devenus eux-mêmes pères à leur tour en ont fait de même, pour eux les noirs sont intrinsèquement des esclaves, même si cette atrocité que fut l’esclavage fut abolie il y a plus de deux siècles, l’image du noir reste très liée à l’esclave en chaîne, manœuvrant dans les champs de coton, de cacao, de tabac, de sucre.Le noir dénué de sens commun, d’âme donc de raison, ramenant le noir à la bestialité, à l’animalité, incapable de comprendre le monde qui l’entoure, agissant seulement de façon instinctive de même que le ferait un animal.

Je suis noir , Montesquieu, je te jure que j’ai une âme, je ne sais pas si c’est ton dieu qui me l’a conféré, mais j’en ai une, j’ai même une raison, je suis capable de comprendre le monde qui m’entoure, d’avoir une réflexion sur des choses complexes, je suis même doté de sens commun, peut-être est ce à cause de la trop grande proximité que nous entretenons depuis  fort longtemps avec vous autres peuples d’Europe?

Vous , peuples d’Europe, n’avez pas réussi à nous décimer comme les Indiens d’Amérique, nous avons survécu à votre passage, peut-être est  ce simplement  le fruit du hasard ? Cette résistance à autant d’atrocités,  forgée par un ardent désir de vivre. Montesquieu, je n’ai jamais été  esclave de qui que ce soit, mon père non plus d’ailleurs, tiens  en parlant de mon père, il a à  force d’intelligence et d’industrie pu se construire une vie digne, il a étudié dans une université française, parmi les plus importantes  du pays, ces études ont été sanctionnées par l’obtention d’un Diplôme d’Etudes Supérieures  en Sciences de la Terre, il a donc pu confronter sa raison à de nombreuses expérimentations scientifiques que seul un esprit doté de raison  peut soutenir, il a donc une raison, si l’on considère que pour justifier d’une humanité, c’est-à-dire de la qualité d’homme, il faut avoir une raison donc une âme, mon père est a fortiori un homme, il en est de même pour moi qui suis son fils, n’en déplaise à toi Montesquieu.

Tu n’as pas vécu assez longtemps pour voir ce que le monde est devenu.Le monde est peuplé de noirs, d’hommes noirs, et de femmes noires, capables de génie, je te jure.Ici bas, les noirs occupent des postes à responsabilité, il y en a même un  qui est devenu prince non pas d’Europe mais d’Amérique, ce nouveau continent,  il y a régné huit ans durant, quant aux  terres de colonies d’Afrique, elles  sont devenues  indépendantes désormais, avec à leurs têtes des noirs pour la plupart, même si on peut toujours  trouver à en redire.Il y en a un autre qui a été célébré par la terre entière, c’est sans doute le plus grand d’entre nous, Nelson Mandela, un HOMME, pardon pour l’orthographe majuscule mais il le mérite.Incarcéré 27 ans durant pour avoir aspiré à la liberté de son peuple opprimé, humilié, déshumanisé.On attendait de lui comme de beaucoup de noirs qu’il agisse avec violence et agressivité face à ce qu’il avait  subi, face à ce que son peuple avait subi, il n’en fut rien.

Il s’est élevé à un niveau que peu de contemporains ne l’avaient fait auparavant, il avait preuve de sagesse, d’humilité, d’humanité, de grandeur d’âme.Et d’âme, je vous jure, il en a été doté, et pas qu’un peu, ce n’est pas un soupçon d’âme, il en était irradié, tous ceux qui avaient eu la chance de le rencontrer en témoignaient, de ces geôliers à ces pires  ennemis en passant par ces amis et sa famille.Montesquieu, je parie que si tu l’avais rencontré, ton regard sur le noir aurait profondément changé.j’en suis même certain, il y en a qui croient et prient le  dieu des chrétiens, le même dieu que le tien,  il y en a même qui portent bien la soutane, oui, je sais, tu dois  te retourner dans ta tombe hein, et tu sais quoi, il arrive que nous prenons pour épouses vos femmes blanches, oui je te jure, on appelle cela des couples mixtes,  et bien évidemment nous avons avec elles des enfants, qui ne sont ni noirs, ni blancs, on les appelle des métisse, mais cela a du exister à ton époque, sauf que ces relations n’étaient pas consenties, le maître blanc trouvait normal de trousse sa domestique noire, c’était normal; aujourd’hui les choses ont beaucoup changé, cela se fait d’un commun accord, d’abord on les séduit, puis elles tombent sous le charme de ces corps noirs que tu as longtemps détestés, elles aiment ces corps noirs au point de ne vouloir que des hommes aux corps noirs .Et ces corps le leur rendent bien, ces corps noirs des pieds à la tête, prient, aiment et se battent, oui, ils ont appris le maniement des armes dans un délai assez court pour venir au secours de vos troupes composées en majorité d’hommes blancs qui guerroyaient face à vos ennemis eux-mêmes blancs; on les appelait les tirailleurs sénégalais, certains raillaient leur façon de combattre, on les moquait ces  » tire-ailleurs » qui apparemment n’étaient pas d’adroits tireurs, même sur les champs des batailles, leur bravoure ne  fut jamais reconnue ou si peu, et il a fallu attendre de nombreuses années avant que ceux qui  réclamaient leur  pension d’ancien combattant puissent enfin avoir gain de cause. À cause de cette idée selon laquelle le noir ne serait pas digne d’humanité puisque dénué d’âme, aujourd’hui encore, il n’est pas rare de voir des comportements de la part de tous les autres espèces d’êtres humains traiter les noirs avec du dédain, du mépris, de la condescendance, quand ce n’est pas simplement du rejet, des attitudes qui ont toutes des fondements  et parmi ceux-là, il y a des textes gravés dans le marbre de la littérature et la philosophie française, Esprit des Lois en est de ceux-là.

Montesquieu, nous les noirs avons su nous élever en science et en conscience, nous avons montré l’absurdité de ton raisonnement, je ne vais pas ici  citer   toutes les atrocités dont vous avez été les auteurs, les massacres que vous avez perpétrés au nom d’une prétendue suprématie de la civilisation blanche, seule capable de régner sur l’humanité toute entière.L’extinction de nombreuses civilisations anciennes est de votre fait; les Mayas, les Incas, les Aztèques n’ont pas simplement disparu comme des dinosaures.Les Indiens d’Amérique que vous avez réduit en esclaves avant de les décimer, les noirs que vous avez asservis, et même entre vous, vous vous êtes  exterminés dans d’interminables guerres, les pogroms, l’holocauste, toutes ces horreurs ont germé de « belles âmes » présentes dans des corps blancs, des pieds à la tête, avec l’aide de votre dieu tout-puissant sans doute, puisqu’il a disposé en vous ce qui vous confère l’humanité, une âme.

Montesquieu, je ne nourris aucune amertume encore moins de la haine à ton égard, je vais faire comme Mandela, ô certes modestement, aussi vais-je œuvrer tous les instants de mon existence à ne pas considérer mes semblables selon leurs pigmentations, oui, vois-tu, pour moi, nous sommes tous les mêmes, et si nous n’avons pas la même couleur de peau, c’est parce qu’à mon sens, le dieu auquel tu crois aime la diversité.Et, je tiens à te rassurer que les blancs aux belles âmes n’ont pas l’apanage des atrocités, nous les noirs ne sommes pas en reste non plus, les guerres civiles en Somalie, au Liberia, en Sierra-Leone, en Angola, dans l’est de la République Démocratique, la liste des atrocités commises par ces princes d’Afrique noire sont légion,  ne sommes-nous pas  tous de belles âmes, les noirs.Des âmes noires, des âmes blanches.

NMG

À propos de trentenaireduvingtetunieme

Voir tous les articles de trentenaireduvingtetunieme

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

LE TEMPS DES CERISES |
Le Monde Après Le Mondialisme |
My Work Placement in England |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Lespapisflingueurs
| Ecomonde
| Une Porte Vers L'Autre...